L’ECHELLE DE L’AGRESSION CANINE – COMMUNICATION


Communication canine, Conseils pratiques, Éthologie canine / jeudi, mars 5th, 2020

Warning: Undefined array key "margin_above" in /homepages/34/d730766985/htdocs/clickandbuilds/Caniscience/wp-content/plugins/ultimate-social-media-icons/libs/controllers/sfsiocns_OnPosts.php on line 619

Warning: Undefined array key "margin_below" in /homepages/34/d730766985/htdocs/clickandbuilds/Caniscience/wp-content/plugins/ultimate-social-media-icons/libs/controllers/sfsiocns_OnPosts.php on line 620

Le chien communique son envie de mettre fin à une interaction ou un conflit en utilisant des signaux visuels. L’échelle de l’agression montre un enchaînement de réactions possibles pour un chien lorsqu’il se sent menacé. Les réactions du bas de l’échelle étant les moins intenses. Ces différents signaux reflètent généralement l’intensité de la menace perçue et du stress ressenti.

l'echelle de l'agression canine

Bien souvent, le premier signal perçu par l’humain est le grognement. Cette mauvaise connaissance de la communication canine est problématique, car si les signaux précédents sont ignorés (ou punis) le chien peut « monter l’échelle » et éventuellement, répondre par la morsure.

Parfois, le chien répond directement à une interaction perçue comme menaçante par la morsure (que la menace soit réelle ou non). On dit qu’il mord « sans prévenir ». En fait, il a certainement appris que les autres stratégies ne sont pas efficaces et en conséquence, il utilise la plus efficace (la morsure est efficace dans la majorité des cas où elle est utilisée). Ignorer ou punir des signaux d’apaisement ou des avertissements peut conditionner un chien à mordre dans des situations stressantes. L’utilisation de ces signaux peut varier en fonction des expériences et de l’apprentissage.

En apprenant à reconnaitre ces signaux, nous pouvons prévenir les morsures.

Les différentes fonctions des signaux

Les signaux du bas de l’échelle sont indicateurs d’inconfort/stress, on les appelle des signaux d’apaisement (fonction d’auto-apaisement et d’apaisement de l’autre) ou signaux de stress. Ils sont communicatifs dans le sens où ils permettent surtout à l’autre individu de comprendre l’état émotionnel de l’animal. Nous ne sommes pas certains que ces signaux soient utilisés de manière volontaire (controlée).

Ensuite, le chien adopte des comportements d’évitement (surtout s’il y a de la peur). Certains tenteront une stratégie de soumission (ex: position couchée, sur le coté deux pattes en l’air), mais ce n’est pas toujours le cas. Ce sont les comportements du milieu de l’échelle, qui indiquent que le stress s’intensifie.

Vient finalement l’attaque, dont l’intention est généralement exprimée par une posture figée, grandie et un regard fixe. Le chien avertit et quand même le grognement échoue, il mord.

Le choix de la stratégie dépend des circonstances; individu, stress, expériences précédentes, ainsi que la présence d’une douleur (qui pousse souvent un individu qui a tendance à éviter, à attaquer). Cela dit, si l’interaction ne s’apaise pas aux premiers signaux, l’escalade est quasiment inévitable.

Évaluer le contexte

Les comportements (et leur enchaînement) présentés sur ce document sont les plus courants dans le contexte d’une interaction problématique qui peut conduire à une morsure. Ils sont plus ou moins marqués selon les chiens, leur apprentissage, leur tempérament, leurs expériences.

Il est aussi important d’analyser le contexte dans lequel ces comportements apparaissent. Certains peuvent apparaître séparément dans des contextes totalement différents. Exemples: le chien bâille lorsqu’il se réveille, il grogne quand il joue, s’allonge sur le dos pour avoir des gratouilles ou quand il est totalement détendu.

Un chien qui se lèche le nez pour de l’apaisement sera souvent un peu tendu, avec un air « inquiet ». S’il se lèche les babines quand il y a de la nourriture, vous verrez aussi un regard « allumé ». De plus, les signaux d’apaisement semblent parfois apparaitre dans certains contextes plus « positifs »; le chien s’apaise suite à une émotion positive forte. J’espère que cela vous donnera une meilleure idée des nuances.

Conseils

Bien sociabiliser son chiot afin qu’il maîtrise les codes de communication canine. Il faut qu’il pratique le langage canin le plus possible, avec des congénères expérimentés. Un chiot apprend bien mieux avec des adultes équilibrés (joueurs ou non) qu’avec d’autres chiots, mais jouer avec des copains de son âge est un grand plaisir pour lui, et il ne faut pas non plus les éviter.

Connaître la communication canine et bien observer son chien.
Il est important de déceler quand un chien est mal à l’aise lors d’une interaction. On analyse la situation et on agit pour l’aider – on augmente la distance physique entre lui et l’individu visé, on lui donne également un signal d’apaisement, on le laisse tranquille. Cela contribue à lui apprendre que les signaux autres que ceux du haut de l’echelle sont efficaces.

La communication peut tenir une place importante dans l’évitement des conflits, mais sachez que les problèmes d’agressivité peuvent avoir des causes et influences multiples. L’apprentissage, la socialisation, les expériences passées, des douleurs (entre autres) – le mieux est d’évaluer toutes ces possibles influences avec un professionnel qui sait gérer les cas d’agression.

___________________________________________________________

Cette échelle de l’agression a été proposée par Kendall Shepherd, vétérinaire comportementaliste britannique, spécialiste de l’agression.